Imposing and solemn, the hill of Hermitage faces South and seems to be ready to defy natural elements and to create distinction. For over two thousand years, it has been turning its back to the Northern wind while looking at the sun, so that the vine can blossom and produce unique wines.

Pliny the Elder in his book The Natural History and Martial in Epigrams already made references to this terroir in the 1st Century AD. According to certain historians, Hermitage is even said to be the oldest French vineyards, a hill already planted with vines 600 years before our era.

 

If the exact origin is not established with absolute certainty, the exceptional location and the magic of the wines make no doubt. 136 hectares – or roughly the equivalent of the vineyard owned by a large Château in Bordeaux – for an expression of Syrah for red wines and of Marsanne and Roussanne for white wines, often reaching great heights. A jewel of the Rhône, which has survived through the ages with panache, enlivened feasts and taken central stage on the best European tables.

The Hermitage is a historical inspiration, a gift for the Kings, the poets, the writers and the gourmets. When Louis XIV decided to gratify his English counterpart and to offer him the best of our hexagonal vineyard, the best crus from Hermitage were selected alongside with great Bordeaux and Burgundy in the cases of wine which were shipped across the Channel.

For Nicolas Boileau (Le repas ridicule – 1663) the wine of Hermitage is already a reference that cannot be imitated by any other « tasteless and unpleasantly sweet » nectar. Two centuries later Alexandre Dumas will also praise the Northern Rhône Cru. Firstly, through several trips to enjoy the famous wine on site. Secondly, through his last – and excellent – book published just before his death, Le Grand Dictionnaire de la Cuisine (1870): « When it comes to the wine of Hermitage, next to Valence in Dauphiné, the red is full-bodied; its colour is deep purple, its bouquet is exquisite, and it develops raspberry flavours ».

 

Those who have a passion for wine and food pairing will not be disappointed. While the red wines of Hermitage can greatly match with powerful meats, wild deer or hare, among others, the whites also have pairing properties that will please the most demanding palates. The talented sommelier Philippe Bourguignon in his book L’accord parfait reminds us that white Hermitage is an ideal pair with garlic. The lovely vegetable can enhance the plate but at the same time dominate the glass. Our essence of Marsanne and Roussanne can rise to the challenge.

 

Etymologically, Hermitage is related to a hermit. According to the legend, the knight Gaspard de Sterimberg, coming back from the Crusades, became a hermit on the granitic hill and gave birth to this wine land in the 13th Century. Yet, should we refer to this hermit who is said to have built the chapel proudly sitting on top of the hill and to have planted the vines surrounding it? What about the other ghost hermit who wandered on the steep slopes at each full moon, praying the god of granite to let the isolated hill of Hermitage join the Massif Central.

 

grand cru vineyard, Hermitage, Rhone-Alpes, France

The second legend reminds us that the Hermitage is not only a topographic exception but also a geological treasure, with an incredible soil diversity with regards to its small surface. 136 hectares, yet encompassing a multitude of geological realities. In Les Bessards, the soils are narrow, compact, granite-based and acidic. In Le Meal, the soils composed of glacial moraines (pudding stones and clay) are deeper and more alkaline, while in Les Greffieux clay and alluvial deposit take over and give birth to a more fertile soil. Let’s move on to the Péléat where we will find a mix of silex, clay and pudding stones. For the white, the same diversity of soils, with loess, sand and clay in Maison Blanche, calcareous-clay over colluvium deposits in Les Rocoules and paler, clay and silica-based soils in Les Murets.

 

Add to that, different microclimates influenced by the Rhône and its moderating effect, the altitude ranging from 126 to 240 metres above sea level and an important number of producers on such a small surface, and we can understand how hard it is to describe the Hermitage and its wines.

We can speak for instance of the structure of Les Bessards but also of the power and the fruit depth of Le Méal and the roundness and the spicy charm of Les Greffieux. For the whites, the honeyed notes and the noble bitterness of Les Rocoules, the freshness and vivaciousness of Maison Blanche or the elegance and generosity of Les Murets. So many different expressions, sometimes blended, sometimes bottled separately. Let’s not also forget the rare straw wines that have no reason to be jealous of their counterparts from the Jura.

grand cru vineyard, L´Hermitage, Rhône-Alpes, France

We can then pay tribute to the restraint, the depth and the accuracy of the Hermitages of the Domaine Jean-Louis Chave, to the silky and smooth texture and the noble vegetal expression of the red Hermitages of Bernard Faurie, to the power and volume of the wines of Marc Sorrel or Michel Chapoutier, to the delicious floral character of the old vintages of the Domaine Jaboulet. For the most nostalgic, let’s remind the great white Hermitages of Domaine Jean-Louis Grippat, deep and great wines with their notes of candied fruit and honey.

 

Hermitage is all these things and even much more. It is a place at the service of the vine, a long history, a nectar with multiple expressions. A wine, not always ready to deliver its secret immediately, calling for patience and attentiveness. Yet, when you are ready to listen, humbly, to let it speak, the distinction may be waiting for you.  A brief tasting pleasure, to understand for a moment the dimension of a unique Cru, of a history of over two thousand years. A great lesson on wine for a hill of only 136 hectares.

 

 

 

 

 

 

 

Imposante et grave, la colline de l’Hermitage fait face au sud et semble braver les éléments naturels pour créer l’exception. Elle tourne le dos au vent du Nord et regarde le soleil pour que la vigne s’épanouisse et produise des vins uniques et ce depuis plus de deux millénaires.

Pline l’Ancien dans son ouvrage Histoire Naturelle et Martial dans Epigrammes citaient déjà ce terroir Rhodanien au premier siècle avant J.C. Certains historiens feraient même de l’Hermitage le plus ancien vignoble français, une colline déjà plantée de pampre en quelque 600 avant notre ère.

 

Si l’origine n’est pas établie avec certitude, la situation exceptionnelle et la magie des vins ne fait pas de doute. 136 hectares – soit il faut le rappeler l’équivalent en superficie d’un grand château Bordelais – pour une expression de la Syrah en rouge et des Marsanne et Roussanne en blanc qui tutoie bien souvent les sommets. Un joyau Rhodanien qui a traversé les siècles avec panache, agrémenté les repas de gala et trôné sur les plus grandes tables d’Europe.

Vignoble

L’Hermitage est une inspiration historique, un rendez-vous pour les rois, les poètes et les écrivains gourmets. Lorsque Louis XIV décide de flatter son homologue Anglais en lui offrant les plus beaux nectars de notre vignoble hexagonal, les crus de l’Hermitage viennent déjà concurrencer les plus grands Bordeaux et autres Bourgognes mythiques dans les caisses qui traverseront la Manche. Pour Nicolas Boileau (

Pour Nicolas Boileau (Le repas ridicule – 1663) le vin de l’Hermitage s’impose déjà comme une référence incomparable que n’imitera jamais le vin « fade et douceureux ». Deux siècles plus tard, Alexandre Dumas rendra lui aussi hommage au cru du Rhône septentrional. Tout d’abord en se rendant à Tain-l’Hermitage à plusieurs reprises pour profiter du dit nectar in situ. Puis, à travers son dernier écrit et merveilleux ouvrage édité à la veille de sa mort, Le Grand Dictionnaire de la Cuisine (1870) : « Quant au vin de l’Hermitage, près de Valence en Dauphiné, le rouge est plein de corps ; sa couleur est pourpre foncé, son bouquet exquis, sa saveur celle de la framboise ».

 

Les amoureux de congruence ne sont pas en reste. Tandis que les rouges de l’Hermitage sont loués pour leur capacité à se marier avec des viandes puissantes, lièvre et chevreuil entre autres, le blanc a lui aussi des vertus qui feront le bonheur des amoureux de l’assiette. Ainsi, le talentueux sommelier Philippe Bourguignon, vantera dans son ouvrage L’accord parfait, la faculté des Hermitages blancs à s’accorder à l’ail, notre belle plante potagère qui rehausse et donne du goût tout en écrasant bien souvent le flacon qui l’accompagne. Il lui faudra donc cette essence de Marsanne et de Roussanne pour lui tenir tête.

 

Etymologiquement l’Hermitage renvoie à n’en pas douter à un ermite. La légende raconte que le Chevalier Gaspard de Sterimberg de retour des croisades, devenu ermite sur cette colline granitique aurait donné naissance à cette terre de vin au XIIIème siècle. Pour autant, est-ce réellement cet ermite et chevalier qui aurait dit-on construit la petite chapelle qui trône toujours fièrement sur la colline et planté les vignes qui l’entourent ? Un autre ermite aurait peut-être eu son mot à dire, ermite fantôme qui errait à chaque lune sur ces coteaux escarpés, invoquant le dieu du granite pour que la colline isolée rejoigne le massif central.

grand cru vineyard L´Hermitage, Rhone-Alpes, France

Une deuxième légende qui nous rappelle que l’Hermitage n’est pas uniquement exception topographique mais aussi une petite merveille géologique, variété de sols impressionnante pour un si petit vignoble. 136 hectares mais une multitude de réalités géologiques. Dans les Bessards, les sols sont peu profonds, compacts, granitiques et acides. Dans le Meal, les moraines glacières (galets, argiles), sont bien plus profondes et à tendance alcaline, alors que dans les Greffieux l’argile et les alluvions prennent le relais et donnent naissance à un sol plus fertile. Passons au Péléat pour retrouver un mélange de silex, d’argiles et de galets. Pour les blancs, même diversité, avec du loess, du sable et de l’argile en Maison Blanche, des argilo-calcaires sur colluvions dans les Rocoules et des sols plus clairs, argilo-siliceux dans les Murets.

 

Ajoutons à cela de nombreux microclimats, influencés par le Rhône et son effet modérateur, l’altitude puisque les vignobles démarrent à 126 mètres au-dessus du niveau de la mer pour culminer en haut de la colline quelques 240 mètres plus haut et un nombre de producteurs important sur une si petite surface et nous comprendrons aisément combien il est difficile de décrire l’Hermitage et ses vins. Il y a dans les rouges la structure des Bessards, la puissance et la profondeur de fruit du Meal, la rondeur et le charme épicé des Greffieux. Pour les blancs, le miellé et la noble amertume des Rocoules, la fraîcheur et la vivacité de Maison Blanche, la race et la générosité des Murets. Autant d’expressions qui peuvent être assemblées ou vinifiées séparément. N’oublions pas, également, les rarissimes vins de paille qui n’ont rien à envier à leurs alter ego Jurassiens.

Vineyards in the Cote du Rhone France

Nous pourrions ainsi louer la retenue, la profondeur et la justesse des Hermitage du domaine Jean-Louis-Chave, le soyeux et la noblesse végétale des Hermitages rouges de Bernard Faurie, la puissance et le volume des vins de Marc Sorrel et Michel Chapoutier, la magnifique expression florale des vieux millésimes du domaine Jaboulet. Pour les nostalgiques rendons aussi hommage aux grands blancs produits à l’époque par Jean-Louis Grippat, vins aux notes d’agrumes confits et de miel d’une impressionnante plénitude.

 

L’Hermitage est tout cela et bien plus encore. Un lieu au service de la vigne, une longue histoire, un vin aux nombreuses expressions. Ce vin qui ne se livre pas immédiatement, garde parfois ses secrets, demande de la patience et de l’écoute. Pourtant quand on sait écouter, humblement, le laisser parler et l’attendre, il est possible de toucher du doigt l’exception. Un plaisir gustatif furtif, pour capter l’espace d’un instant, la dimension d’un cru unique, d’une histoire millénaire. Une grande leçon de vin pour une petite colline de 136 hectares.