In a world where natural resources are increasingly scarce, the vine is not a particularly greedy plant. Yet, the question of water is today, quite logically, on everyone’s lips, with a more and more unstable climate, a warming trend, groundwater levels dropping, in short, water resources gradually diminishing.

Though the vine is not a high water-demanding crop, a certain amount of water remains crucial in viticulture for many logical reasons. Firstly, water is the major component of the green tissue of the plant (vegetative development of the year). Water is also necessary for the photosynthetic reaction and thus for the development of the plant and the production of grapes. Lastly, it is the polar solvent transporting the nutrients from the soil through the vascular system of the plant.

pluviomtre

However, the world is facing a water shortage while the vine is facing global warming and its water needs are increasing. The correlation between the warming trend and water requirements is finally a rather simple equation (assuming the amount of rainfall remains stable) because when the climate is warmer both the evaporation rate in the vineyard and the leaves’ transpiration (allowing photosynthesis) are rising. The term used is evapotranspiration and it has indeed the tendency to increase in numerous vineyards.

The question regarding viticulture is rather straightforward: do vine growers need to use irrigation systems systematically when the amount of rainfall is not increasing (on average) while the evapotranspiration is rising? Do they need to use an increasingly scarce natural resource, and, we have to remind it, a resource that is necessary for the survival of the human being, to produce our favourite drink and if so, to what extent?

drinking water crisis - eco concept

Undoubtedly this is a complicated debate which would require more than a few lines. But we have the right to extrapolate and to ask a few questions.

 

If too much water stress is certainly detrimental to the survival and the development of any plant, vine included, in viticulture controlled water stress can be beneficial. When the vine is facing such controlled water stress, especially before veraison, the roots send a signal to the plant, producing a hormone called abscisic acid. The leaves’ stomata (the tiny pores allowing the transpiration and the gas exchange) become less active – i.e. the transpiration rate decreases. Due to this decrease in activity, the plant decides to focus on its ultimate goal, the maturation of the grape. The vine needs to suffer to achieve its best. André Gide has written: « Art is born from constraint, lives on struggle and dies of freedom » a sentence that could surely apply for the production of great wines.

 

Immediately available water for vine finally means rendering it more vulnerable. Systematised irrigation without any controlled water stress is likely to favour shallow rooting and the plant will thus be more sensitive to any dry period. Conversely, with deeper rooting your vine will be less impacted by the periods of water stress.

However, the question of irrigation goes even much further. The more you irrigate in warm and dry regions, the more the evaporation rate will increase, we have discussed the issue already. When the evaporation rate is high, the mineral salts present in water are concentrating and you have a to face a new problem, water salinization soils’ salinization and rivers’ salinization. A major environmental issue indeed in heavily irrigated regions.

 

Let’s push it slightly further. Is intensive irrigation always necessary? Which regions are more particularly concerned? The « Big Rivers » in Australia, Central Valley in California, the low-altitude fertile alluvial vineyards in Central Valley in Chile, etc.

Water pumps for irrigation of vineyards.

If there are a few counterexamples (they will forgive me, I hope) broadly speaking these are not the most exciting regions in terms of wine quality. We can even say that we are speaking of areas where the industrial logic is dominating the field. Let’s shake things up a little, is it crucial to produce wines of poor quality if the question of natural resources is increasingly important and if intensive irrigation is likely to result in salinization issues? When wine is neither pleasure of the palate nor respect of nature, the question seems relevant.

 

Let’s go back to regions in which the qualitative aspect of the viticultural production is not a debate. Is irrigation sometimes too easy a solution and are vinegrowers sometimes too quickly tempted by such a solution, akin to parents overfeeding their child?

At Frog’s Leap Winery in Napa Valley, John Williams is farming 80 hectares of vineyards without ever using irrigation, in a region where water stress is currently on everyone’s lips. Yet, the wines of the estate are of excellent quality and surprisingly the alcohol degrees of the wines produced are relatively moderate, and the acidity levels quite high for the region. The result is indeed more than compelling and should be a source of inspiration for other producers, especially when irrigation seems almost systematic in the region.  The same is true at Montsecano in the Casablanca Valley in Chile, a dry-farmed estate producing great pinot noir.

Responsible and inspired initiatives. Needs and responsibility could try to travel the same road.

Sunny young green vine spring leaves, natural eco background with water reflection

Furthermore, if vine growers need to be more responsible, then what about guiding them with some cleverness? When irrigation was authorised for some AOPs in France in December 2006 it was limited in time and allowed until veraison but not after. What a compelling logic! Another time bureaucracy seems far from the vineyard reality.

In short, concerning water, there are still lots of things to do, in offices and then in the vineyard.

 

If the question of water is very broad and complicated it deserves particular attention. Water in viticulture is a question of environmental responsibility. If irrigation is sometimes required, reflection and understanding are also permitted. Water is a precondition for wine production, but how, when, and which amount are also relevant questions. Let us applaud the positive initiatives and hope that they will make things change. It is essential to think before acting, when we speak about natural resources, about wine regions, about our Planet Earth and also about the pleasure of our taste buds. Yet, the road is still long.

 

 

La vigne est considérée une plante peu gourmande dans un monde où les ressources naturelles commencent à se faire rares. Et pourtant, la question de l’eau est naturellement aujourd’hui sur toutes les lèvres, avec un climat de plus en plus instable, des températures qui augmentent, le niveau des nappes phréatiques qui baisse, bref des ressources hydriques qui s’amenuisent.

L’eau reste quoi qu’il en soit indispensable en viticulture pour de nombreuses raisons. Tout d’abord entant que composant majeur du tissu végétatif de la plante (développement végétatif de l’année en cours). L’eau est aussi, bien sûr, un ingrédient indispensable pour permettre la réaction photosynthétique et donc pour le développement de la plante et la production des raisins. Pour finir c’est le solvant qui permet le transport des nutriments à travers le système vasculaire de la plante.

Weinblatt

Mais voilà, le monde manque d’eau, alors que la vigne confrontée au réchauffement climatique en a de plus en plus besoin. La corrélation entre réchauffement climatique et besoin en eau est une équation finalement assez simple (à périmètre constant en terme de pluviométrie) puisque quand il fait plus chaud le taux d’évaporation dans le vignoble augmente tout comme la transpiration des feuilles (permettant la photosynthèse). Le terme utilisé est évapotranspiration et celle ci a tendance en effet à augmenter dans de nombreux vignobles.

 

La question en terme de viticulture est simple, faut il avoir systématiquement recours à l’irrigation lorsque la pluviométrie n’augmente pas et que l’évapotranspiration va croissant ? Doit on utiliser une ressource naturelle de plus en plus rare et rappelons le nécessaire à la survie de l’humanité pour produire notre boisson préférée et si oui dans quelle mesure ? Un débat assurément compliqué qui nécessiterait plus que quelques lignes à n’en pas douter. Quoi qu’il en soit, nous sommes en droit d’extrapoler un peu et de se poser quelques questions.

Water pumps for irrigation of vineyards.

Si trop de stress hydrique est assurément néfaste pour la survie et le développement de toute plante, vigne inclue, un stress hydrique contrôlé en viticulture peut s’avérer bénéfique. Lorsque la vigne souffre, notamment avant la véraison, les racines envoient un signal à la plante, sécrétant une hormone appelée acide abscissique, afin que les stomates des feuilles (minuscules pores qui permettent la transpiration et l’échange gazeux) soient moins actifs, que le taux de transpiration baisse. Cette baisse d’activité permet ainsi à la plante de se concentrer sur son objectif final, la maturation du raisin. Faire souffrir pour rendre meilleur. « L’art naît de contraintes, vit de lutte et meurt de libertés » écrivait André Gide, une maxime qui pourrait assurément s’appliquer à la production de grands vins.

 

Donner de l’eau aisément à la vigne c’est finalement la rendre plus vulnérable. L’irrigation répétée sans aucun stress hydrique contrôlé a tendance à limiter l’enracinement de la plante, à le rendre superficiel et renforce la sensibilité de la plante à toute période de sècheresse. A l’inverse un enracinement plus conséquent c’est une vigne qui peut puiser plus profondément, qui peut se sustenter sans aide ou être moins impactée par les périodes de manque d’eau.

 

Mais la question de l’irrigation va bien plus loin. Plus vous irriguez, dans les régions chaudes et sèches, plus l’évaporation devient importante, nous l’avons déjà évoqué. Lorsque l’évaporation est forte, les sels minéraux présents dans l’eau se concentrent, ce qui résulte en une nouvelle problématique, celle de la salinisation de l’eau, puis des sols et des rivières. Un problème environnemental majeur dans certaines régions irriguées.

water well near San Quirico d'Orcia in Tuscany, Italy

Poussons encore plus loin le raisonnement. L’irrigation intensive est elle réellement toujours nécessaire ? Dans quelles régions pratique-t-on cette irrigation intensive ? Les « Big Rivers » en Australie, Central Valley en Californie, les vignobles alluvionnaires de basse altitude dans la Central Valley au Chili etc. S’il y a quelques contre exemples (qu’ils m’excusent d’ailleurs) nous ne parlons pas ici du neck le plus ultra en terme de production de grand vin. Nous parlons de régions où la logique industrielle a souvent pris le pas sur la logique artisanale. Jetons donc un pavé dans la marre, est ce que produire du vin de qualité souvent peu excitante, si la question des ressources en eau devient aussi importante, si l’irrigation intensive créer la salinisation, est réellement primordial ? Quand le vin n’est ni enchantement du palais ni respect d’une nature à préserver, la question semble plus que légitime.

 

Revenons vers des régions où l’aspect qualitatif et l’intérêt d’une production viticole n’est pas un débat. N’y a t il pas une forme de facilité dans l’accès à l’irrigation comme pour un enfant à qui on donne à manger trop souvent sans qu’il en ait besoin ou qu’il ait même demandé quoi que ce soit ?

A Frog’s Leap winery en pleine Napa Valley, John Williams exploite près de 80 hectares sans avoir recours à l’irrigation, dans une région qui ne parle en ce moment que de stress hydrique. Pour autant les vins du domaine sont de grande qualité et chose étonnante, les degrés alcooliques sont généralement très modérés et les niveaux d’acidité assez hauts pour la région. Le résultat est en tout cas plus que probant et devrait être source d’inspiration pour d’autres producteurs, alors que l’irrigation semble quasi systématique dans la région. Même constat à Montsecano, dans la Casablanca Valley au Chili ou le dry farming est de mise pour produire le très joli Pinot Noir du domaine.

Des initiatives inspirées et responsables. Besoins et responsabilité pourraient essayer de faire route commune.

reflets de grappes de raisins et de pampres de vigne sur fond vert

De plus, s’il faut être responsable en matière d’eau, encore faut il être accompagné avec intelligence. Lorsque que la France décide en décembre 2006 d’autoriser pour certaines AOP l’utilisation de l’irrigation, celle ci est limitée dans le temps : avant la véraison notamment et non après, chercher l’erreur. Une nouvelle fois, la bureaucratie est souvent bien loin de la réalité du vignoble.

 

Bref en matière d’eau il reste assurément beaucoup de choses à faire, dans les bureaux puis dans le vignoble.

Si la question de l’eau est vaste et compliquée, elle mérite quoi qu’il soit qu’on s’y attarde. L’eau en viticulture est une question de responsabilité environnementale. Si l’eau doit aider, le droit à l’intelligence et à la prise de conscience sont aussi autorisés. Il faut de l’eau pour faire du vin, soit, mais quand, comment et combien sont aussi des questions à se poser. Saluons les initiatives heureuses et espérons qu’elles fassent bouger les lignes. Réfléchir avant d’agir, quand il s’agit de ressources naturelles et de viticulture, du bien être de nos régions viticoles, de notre planète et accessoirement de nos papilles gustatives semble logique, pour autant la route est encore bien longue.