Wine must remain a timeless quest, an ever-changing challenge, a source of pleasure, of discovery for the consumer, and an inspiration for the producers. Yet, the risk of a standardised, copied, replicated wine exists and at all retail price points. Success calls for success. If it works then why not reproduce, why not simply do the same?

Certain grape varieties have become the flagships of countless countries and wine producing regions. Meanwhile, they have lost their geographic specificity and their uniqueness. Many wine producers export the grape variety, try to replicate a style while they could experiment, look for renewal. But experimentation rhymes with complication. If the terroir is a complex and often debated notion, a correlation between numerous variables sometimes creating the distinction, the grape variety is undoubtedly part of the equation. In my view, it is one of the best guarantees of diversification. However, it is very tempting to think that what works somewhere will work elsewhere, that the demand of a market can become international.

 

Modern viticultural techniques, such as clonal selection, are double edge swords. If the selection of more qualitative clones has contributed in a positive emulation in certain vine growing regions, it has also participated in the internationalisation of certain grape varieties. Take an adaptable and flattering grape variety, a market demand and clones and you have the perfect picture of the Chardonnay, Merlot or Cabernet-Sauvignon phenomena.

Add to that modern oenology, the ability to produce good wines (I have not said great or unique) almost everywhere and you have all the ingredients for a growing standardisation of styles.

Intensive clonal selection is rather recent in Italy, is it surprising that the grape varieties of such a wine giant, with its incredible ampelographic richness, have not, so far, been widely exported? It is likely that there is a correlation or at least that it is part of the explanation.

Jeune plant de vigne

Having a signature grape, developing a distinctive expression of a varietal can be an asset, like Malbec in Argentina, Carmenere in Chile or even Sauvignon Blanc in New-Zealand. If these grape varieties all originate from France, their successes abroad, sometimes empirical, sometimes by coincidence (Carmenere has been mistaken for Merlot for years in Chile), also result from a specific environmental and viticultural harmony. Sauvignon Blanc in New-Zealand, it is a style, a different expression of the grape. Furthermore, we are also speaking of a small country in terms of cultivated areas under vine, with less risk of mass production and of too replicated styles. As for Malbec or Carmenere, their production, before their rebirth in Chile and Argentina was still extremely limited and localised.

Yet, in the vast majority of the new wine producing regions, reproduction and winemaking techniques have supplanted the search for distinctive varietal expression and this is a shame both for our palates and for the producers.

 

Build your success on a style and a single grape variety (or very few varietals) and soon you will run the risk to meet the fickle. Australia can testify. Take an already appreciated benchmark, produce it in large volumes to satisfy the market demand and you have a short, time-limited success and soon an exploding bubble.

If Chile tried to find distinction through Carmenere for a time, it has quickly been caught up by the international temptation. The production is now dominated by other varietals already present in the majority of the world’s vineyards.

South Africa, once characterised by a few historical and ampelographic exceptions such as Vin de Constance or Pinotage has also succumbed, searching for the standards, in the Cabernet-Sauvignon, Syrah or Chenin battlefields. These countries still have difficulty finding their viticultural identity and creating value. Yet, they have all the weapons, geological, climatic, or human ones, to fight.

Is this everlasting tournament of the best Cabernet-Sauvignon or best Chardonnay good news? Cheval des Andes or Sassicaia – although skilled winemakers produce these bottles – are we speaking here about new emotions, about anything surprising for our palates? Is there something more exciting in the world of wine than difference and aromatic distinction? Rossesse di Dolceacqua in Liguria, Assyrtiko in Santorini, Grüner Veltliner on the terraces of Wachau, are all singular varietal interpretations, isn’t it much more exciting than another international, standardised, wine tasting experience?

 

Certain indigenous grape varieties are still under-exploited and would surely deserve to be in the limelight. A few skilled and visionary vine growers have fortunately been inspired by the world’s ampelographic richness, such as Eben Sadie in Swartland revisiting the magic or Touriga Nacional or Cinsault or Louisa Rose who first planted Viognier in Australia and now experiments Verdejo.

The focus on native grape varieties has taken great part in the revival of the Austrian wine industry. Italy already is a major actor on the global wine field but it is far, in my sense, from having exploited its full potential due to its countless number of native grape varieties.

How many magic grape varieties are still under-exploited around the World? The Italian natives Aglianico or Nerello Mascalese, the Greek Xinomavro, the Portuguese Baga, the Spanish Mencia and Albarino, etc. No doubt, the list is very long.

Bunches of ripe grapes on a light background

 

Yet, the book of Kym Anderson, Director of Research at the University of Adelaide, Which Winegrape Varieties are Grown Where? published in 2013 unfortunately confirms the increasing extent of the varietal concentration. The book reports that while half of the world’s plantings represented 21 grape varieties in 2000, by 2010 the total has dropped to 15 varieties. Even more telling, in 2010, in New World countries the top seven varieties accounted for over half of all plantings.

If certain Cabernet-Sauvignon, Merlot, Syrah and Chardonnay remain great tasting emotions, do we need millions of hectolitres? It is a great pleasure to find these grape varieties in their original terroir, in which their distinctive expression makes no doubt, and in few other wine lands where they have found a safe home, not necessarily everywhere and each time we pass a border. To copy is not the good solution for wine production when you want to be the interpreter of a terroir and a true wine ambassador. It is taking the consumers hostage, creating the trend by the style, accustoming the palate rather than awakening it. The artist does not reproduce, he creates.

There are still numerous ampelographic horizons to explore if we want the producer to remain the player of a new melody, the creator of new harmonies. Diversity lies in the grape variety, within a specific environment, not in the winemaking. Let’s give back to the grape variety its importance, to ensure that we will continue to be surprised, to discover and to love wine.

Verres de vin

 

Le vin doit rester une quête intemporelle, une source éternelle de plaisir et d’étonnement pour le consommateur, de renouvellement et de remise en cause pour les producteurs. Quoi qu’il en soit, le danger d’un vin standard qui se duplique existe et ce, dans toutes les tranches de prix. Le succès appelle le succès. Si cela marche, pourquoi ne pas reproduire, faire pareil ?

Certains cépages sont en effet devenus les porte drapeaux d’innombrables pays ou régions viticoles, perdant ainsi de leur spécificité géographique, de leur origine unique. Exportez le cépage et essayez de garder le style, plutôt que de chercher la nouveauté, l’expérimentation puisque c’est plus compliqué. Si le terroir est une notion complexe et souvent débattue, une corrélation entre de nombreuses composantes qui créée parfois la distinction, le cépage fait assurément partie de l’équation et reste à mon sens une des meilleures garanties de diversification. Pourtant, la tentation est grande de penser que ce qui marche quelque part marchera ailleurs, que la demande d’un marché peut s’internationaliser.

 

Les techniques viticoles modernes, comme le clonage, sont à mes yeux des épées à double tranchant. Si la sélection de clones plus qualitatifs a pu contribuer à l’émulation positive de certaines régions viticoles, elle a aussi participé à l’exportation de certains cépages aux quatre coins de la planète. Prenez un cépage flatteur, flexible, une demande du marché et des clones et vous avez une photographie parfaite des phénomènes Chardonnay, Merlot ou Cabernet-Sauvignon. Ajoutez à cela l’œnologie moderne, la capacité à faire bon (je n’ai pas dit unique ou grand) quasiment partout et nous avons un phénomène grandissant d’uniformisation des styles.

 

Newly planted vineyards in a row

L’utilisation extensive du clonage est plus récente en Italie, n’est-il pas étonnant que ce pays à l’incroyable richesse ampélographique n’est que très peu exporté ses cépages ? La question mérite quoi qu’il en soit d’être posée. Il se pourrait en effet que l’on trouve ici une part de l’explication.

 

Avoir un cépage signature, différent, une expression unique d’une variété peut être un atout, tel le Malbec en Argentine, le Carménère au Chili ou encore le Sauvignon Blanc en Nouvelle-Zélande. Si ces cépages sont d’origines Françaises, c’est une harmonie spécifique qui a permis ces succès, parfois par empirisme ou même par erreur (tel le Carménère pris longtemps pour le Merlot au Chili). Le Sauvignon Blanc en Nouvelle-Zélande c’est un style, une expression variétale différente et rappelons le un petit pays en terme de superficie viticole donc moins de risque de production de masse et d’un style trop répliqué. Quant aux Malbec et au Carmenère, leur production au niveau mondial, avant que ces pays les remettent sous le feu des projecteurs était devenu faible.

Pour autant dans la majorité des régions viticoles à l’histoire récente, la reproduction et la technique de vinification ont bien trop souvent pris le pas sur l’expression variétale et c’est bien dommage tant pour nos palais que pour les producteurs.

 

Le succès d’un style et d’un cépage c’est courir le risque de l’éphémère. L’Australie est là pour témoigner. Reprendre des standards reconnus et appréciés, les produire en masse pour répondre à la demande d’un marché, et vous avez un succès ponctuel puis une bulle qui explose.

Si le Chili a un temps cherché et trouvé la distinction à travers le Carménère, la tentation internationale l’a vite rattrapé, pour une production dominée par d’autres variétés présentes dans la majorité des vignobles du monde.

L’Afrique du Sud, un temps animée par quelques exceptions historiques ou ampélographiques tels le Vin de Constance ou le Pinotage a elle aussi vite sombrée dans la recherche du standard, cherchant bien trop souvent à reproduire les grands Cabernet-Sauvignon Bordelais, les Syrahs du Rhône ou encore les Chenins Ligériens. Ces pays ont du mal à trouver leur identité viticole et donc à créer de la valeur. Ils ont pourtant toutes les armes pour lutter, que ce soit au niveau géologique, climatique ou humain.

 

Cette compétition du meilleur Cabernet-Sauvignon ou du meilleur Chardonnay est elle une bonne nouvelle ? Je ne crois pas. De Cheval des Andes à Sassicaia, malgré la qualité technique qui se cache derrière ces vins à l’âme internationale, nous ne parlons pas de vins qui créent l’émotion nouvelle, l’étonnement du palais, la perspective. Il y a quelque chose de plus passionnant et de plus émotionnel dans la différence, la distinction aromatique. Le Rossesse di Dolceacqua en Ligurie, l’Assyrtiko à Santorin, le Grüner Veltliner sur les terrasses du Wachau c’est toucher du doigt l’expression d’un cépage, d’un terroir et n’est ce pas bien plus grisant que de renouveler l’expérience internationale une nouvelle fois ?

 

Certains cépages indigènes peuvent encore être mis en lumière avec brio.

Quelques vignerons visionnaires et talentueux l’ont bien compris, d’Eben Sadie en Swartland qui revisite la magie du Touriga Nacional ou du Cinsault à Louisa Rose en Australie que le Viognier un temps abandonné ou le Verdejo ont inspirés.

Le renouveau de l’Autriche est passé par ses cépages autochtones. L’Italie déjà acteur majeur sur l’échiquier mondial viticole n’est, je pense, qu’à l’aube de son succès, tant son patrimoine ampélographique est riche.

Combien de cépages magiques sont encore sous exploités dans le monde ? Les italiens Aglianico ou Nerello Mascalese, le grec Xynomavro, le Portugais Baga ou encore les Espagnols Mencia et Albarino etc. Une liste bien longue à n’en pas douter.

 

Fresh grape and red wine on the vintage table, selective focus

Pour autant le livre de Kym Anderson (directeur de recherche à l’Université d’Adelaide) Which Winegrape Varieties are Grown Where? publié en 2013 confirme malheureusement une concentration variétale de plus en plus marquée. Le livre explique qu’alors que les 21 cépages les plus plantés représentaient la moitié de la surface viticole mondiale en 2000, il n’en fallait plus que 15 en 2010 pour atteindre la même superficie. Les chiffres sont encore plus éloquents pour les pays du nouveau monde dans lesquels les 7 premiers cépages suffisent pour dépasser 50% des surfaces viticoles mondiales.

 

Si certains Cabernet-Sauvignon, Merlot, Syrah et autres Chardonnay restent de grandes émotions gustatives, nul besoin de nous en proposer des seaux, d’en produire des millions d’hectolitres. Nous aimons les retrouver lorsqu’ils sont issus de leur terroir d’origine où leur expression distinctive est prouvée, et dans quelques autres terres de vins où ils ont aussi trouvé un refuge opportun, mais pas nécessairement à chaque fois que nous traversons une frontière. Copier ne peut être une solution satisfaisante quand on se veut l’interprète d’un terroir, l’ambassadeur du vin. C’est prendre le marché en otage, créer la mode par le style, habituer le palais plutôt que l’éveiller. C’est aussi la facilité et la routine qui s’installent pour le producteur. L’artiste ne reproduit pas, il créé.

 

Il reste pourtant de nombreux horizons ampélographiques à exploiter, afin que le producteur reste l’interprète d’une nouvelle mélodie, d’une harmonie renouvelée, et que nos palais restent en éveil. C’est le cépage, dans un environnement spécifique, qui est source de diversité, rarement la vinification.

Redonnons sa place première au cépage, pour continuer à découvrir, à s’étonner et à aimer le vin.