The climate of our planet has significantly evolved over the past decades. This macro climatologic evolution also results in local or micro climatologic consequences, in our beloved vineyards all over the planet.

The impacts of climate change, positive or negative, in vinegrowing regions, are reflected by new physiological responses of the plant, and by noticeable changes in the vine’s phenological cycles. Viticulture, already dealing with its share of complications, needs to be even more dynamic, adaptative, flexible. Similarly, the vinification methods also need to evolve according to this new climatic reality.

DSC_1292

 

A few months ago I read a very well written column in la Revue des Vins de France, signed by a reputed writer and geography teacher, discussing this hot topic (no pun intended). The author of this lyrical tirade explained, with fervent optimism, why wine would benefit from global warming.

The argumentation using both History and prospects was based on the following points: the progressive rise in temperature is said to be synonymous with agricultural and economic development, to result in the discovery of new Northern vineyards, in less need for chaptalisation and it would be great news for the physiological reactions of our Vitis Vinifera, as vine is a Mediterranean plant enjoying sun and heat.

A nice picture indeed, surely supported by the wind of optimism following the COP21 conference. I am always happy to read nice articles and I am also rather optimistic by nature, especially when it concerns wine, I also believe that when you are dealing with a serious topic such as global warming and climate change, it is always a good thing to be precise. Especially when you are a geography teacher at the Sorbonne. Indeed, this wonderful demonstration is in my opinion over-simplified and full of shortcuts.

 

Let’s try to understand, without going into a complicated analysis, the major mechanisms of climate change and let’s try to answer this simple question, does our favourite beverage really benefit from climate change? Let’s discuss this important topic in a broader way and not only through a one dimensional simplified argumentation, in which we will forget a big part of the equation.

According to the figures published in 2014 by NASA GISS (NASA Goddard Institute for Space Studies), the average global temperature on earth is considered to have increased by 0,8°C since 1880. Two thirds of the warming have occurred since 1975 (a rate of roughly 0,15 to 0,20°C per decade).

Similarly, the different climatic models (e.g. Hadley, Aladin) developed to predict the future climatologic evolutions (during the 21st C) according to greenhouse gas emission scenarios, indicate that new climatic evolutions, including additional rise in temperature, will be observed. The more optimistic scenarios are speaking of +1,5°C while the worst scenarios even forecast a rise of more than 3°C by 2100.

However, this observed and potential global warming is only a part of the picture. Climate change is not just about global warming.

Climatic evolutions also result in more extreme local weather spells, hailstorms or heatwaves, long dry periods or severe and isolated rainfalls. If our lovely Vitis Vinifera likes sunny and rather warm summers, and benefits at certain stages of its vegetative cycle (prior veraison notably) from controlled water stress, it is not sure that recurrent hailstorms – the producers in Volnay can testify to that – or heatwaves, or extended periods without a drop of water or conversely torrential rain are the best ingredients of great wines’ recipe.

 

catastrophe naturelle dans les vignes

 

Now, what about the « less and less chaptalisation » argument? It sounds fantastic. First of all, climate change is also synonymous with important climatic variations from one year to another, with very warm years and cool years still sometimes following one another. In some wine lands, the sugar industry is still more than profitable.

However, it is true, we have to recognise it, that in certain vineyards, you could say alleluia 30 to 40 years ago when you picked grapes with 12 to 12,5% alcohol potential. Grapes nowadays reach technological ripeness (the balance between alcohol and acidity) more often in our French vineyards and subsequently the need for enrichment by the addition of sugar would be less systematic. Agreed. But once more let us try to look at the whole picture and not only at the most pleasant part. Is wine only France? What about the vineyards in which reaching satisfactory degrees of alcohol at harvest has never been a problem?

Less chaptalisation would be good news because the grapes would reach a natural balance and because subsequently less manipulation and adjustments would be needed. Let’s look at the question the other way round. In many regions, even French, the rise in alcohol degrees has become a concern. Consequently, here or elsewhere, much more interventionist methods are often used, including notably dealcoholisation methods. Many people would be surprised to know about the number of Châteaux in Bordeaux, including some of the most reputed, using reverse osmosis (a cross flow filtration system in the form of an imposing machine) to eliminate a part of the natural alcohol produced in grapes. Charming isn’t it! I am not judging such wine adjustments and winery techniques. But what about the argument of “less intervention” and what about our bucolic and optimistic vision of wine in a changing climate? An illusion more than reality.

 

 

Reverse osmosis system. Isolated over white background

 

 

More broadly speaking, let’s put things in perspective and let’s speak simply about the pleasure of our taste buds, as it is probably the most important thing when we speak about wine. Is the increase in alcoholic degrees good news for our palates? Are the 2009 and 2010 produced in Bordeaux, many of them reaching more than 14% alcohol by volume, really more balanced than the 1961, 1959, 1947, 1945 etc. with their 12,5% natural alcohol at best? Not sure. They are more immediate but will time confirm? Do we prefer the super ripe and sweet flavoured expression of the Burgundy produced in 2003 and potentially of the 2015, to cooler versions with their floral elegance? Again, I am not convinced.

 

We will produce wine in Northern regions, we will discover new terroirs – the last argument to surf on such climatologic optimism. I must be a sentimentalist but I believe in wine’s magic because great wines are the expression of a terroir, the climate being an essential component of the equation.

I have had the pleasure to work on climate change in more detail recently with a specific focus on the consequences of climate evolutions for one grape variety in one French Appellation. Once again, my conclusion is that things are not that straightforward. The style of wines is already changing and is likely to change even more in the future. Certain mechanisms, certain viticultural or vinification methods and certain equipments might, hopefully, help mitigate the sometimes deleterious effects of climate change. But technique does not solve everything.

I like Hermitage because it is often a deep and still elegant expression of Syrah, due to the unique nature of a terroir and through the interpretation of a talented ambassador, the vinegrower. I like to taste a great Chambolle-Musigny because it has that subtle elegance, that aromatic delicacy, a good Chablis because it expresses its crystalline purity, in a mix of tautness and precision.

Producing wine in new terroirs, why not, I would be delighted to hear that new promising wine lands have been discovered. There will be great wines produced in the future, I want to believe it.

Anyway if we can preserve the expression of the existing terroirs in this evolving climatic reality, it would also be great news. I hope that historical and already warm wine regions such as Toro in Spain, the Douro Valley in Portugal will still proudly wear the colors of wine at the end of the 21st century. I hope that in a few decades Châteauneuf du Pape will not produce only fortified wine (although I love fortified wines), that Chablis will remain Chablis and will not become a new broad and opulent version of Chardonnay and that Bordeaux will not become a new land of Grenache. I am not a pessimist, but unfortunately, I cannot be affirmative. Why? Because in climatology, having certainties does not necessarily mean being right.

 

DSC_1420

 

 

 

 

 

 

 

 

Le climat de notre planète Terre a significativement évolué, notamment au cours des dernières décennies. Cette évolution macro climatologique a également des répercussions locales, ou micro climatologiques dans les vignobles tout autour de la planète. Ces répercutions, positives ou négatives, peuvent affecter tant la physiologie de la vigne que ses stades phénologiques. La viticulture, qui comprend déjà son lot de complications quotidiennes, se doit d’être encore plus évolutive et flexible tandis que les méthodes de vinification doivent elles aussi prendre en compte cette nouvelle réalité climatique.

DSC_0221

Je lisais il y a peu une chronique dans la Revue du Vin de France, fort bien écrite par ailleurs, par un écrivain français et professeur de géographie, sur ce sujet chaud (sans mauvais jeu de mot). L’auteur de cette tirade lyrique nous expliquait, avec un optimisme non dissimulé, pour quelles raisons le réchauffement climatique serait bénéfique pour le vin.

L’argumentation teintée d’histoire et de prospectives reposait sur les points suivants : l’augmentation progressive des températures serait synonyme d’essor pour l’agriculture, de développement économique, de nouveaux vignobles plus septentrionaux à découvrir, d’une chaptalisation en voie de disparition (je reprends ici les termes exacts) et pour les réactions physiologiques de notre Vitis Vinifera une excellente nouvelle, celle-ci étant avant tout une plante méditerranéenne qui aime la chaleur et le soleil.

Joli tableau en effet, certainement poussé par le vent d’optimisme post COP21. Si j’aime lire des articles bien écrits et que je suis plutôt de nature optimiste, en particulier en ce qui concerne le vin, je pense également qu’un peu de précision, quand on parle d’un sujet aussi sérieux, important et compliqué que le réchauffement climatique, s’impose. Qui plus est, quand on est professeur de géographie à l’Université de la Sorbonne. En effet, cette belle démonstration me semble avant tout teintée de simplification et constellée de jolis raccourcis.

 

Essayons de mieux comprendre, sans pour autant tomber dans une analyse climatologique compliquée, les mécanismes à l’oeuvre et surtout de répondre à cette question simple : le changement climatique est-il réellement bénéfique pour notre boisson préférée ? Essayons surtout de parler de ce sujet important de façon plus transversale, sans tomber dans une vision et argumentation mono-dimensionnelle simplifiée, où on oublie de traiter une grande partie du problème.

Selon les chiffres de 2014 du NASA GISS (NASA Goddard Institute for Space Studies), la température moyenne sur Terre aurait augmenté de 0,8°C depuis 1880. Deux tiers de cette augmentation serait à attribuer à la période depuis 1975, ce qui correspondrait à une hausse de température moyenne de l’ordre de 0,15 à 0,20°C par décennie. De la même manière, les différents modèles climatiques (ex Hadley, Aladin) développés pour prévoir les futures évolutions climatologiques (au 21ème siècle) en fonction de scénarios d’émissions de gaz à effet de serre nous annoncent de nouvelles évolutions climatiques avec notamment des températures qui continueront à évoluer à la hausse. Il est question de +1,5°C pour les scénarios les plus optimistes tandis que les hypothèses les plus négatives parlent même d’au moins +3°C à horizon 2100.

 

Quoi qu’il en soit, ce phénomène de réchauffement avéré et semble-t-il durable n’est qu’une petite partie du tableau. Le changement climatique ne se résume pas à cela.

L’évolution climatique se traduit aussi, bien souvent, par des épisodes météorologiques locaux plus extrêmes, orages de grêles ou canicules et périodes prolongées de sècheresse ou encore épisodes de pluies isolés et violents. Si notre chère Vitis Vinifera aime en effet les étés ensoleillés et plutôt chauds et bénéficierait à certains stades de son cycle végétatif (avant véraison notamment) d’un stress hydrique maîtrisé, il n’est pas sûr que des tempêtes de grêles récurrentes – les vignerons de Volnay peuvent en témoigner – ou encore des étés caniculaires, des périodes prolongées sans pluies ou à l’inverse des pluies diluviennes soient les meilleurs ingrédients de la recette pour produire des grands vins.

constater les dgats dans les vignes

Qu’en est il maintenant de l’argument « chaptalisation en voie de disparition » ? Ces formules toutes faites qui sonnent tellement bien. D’abord, le changement climatique est aussi synonyme de variations importantes d’une année sur l’autre et des années très chaudes et fraîches continuent parfois de se succéder. Il est donc des terres de vins où l’industrie du sucre continue de prospérer.

Quoi qu’il en soit, il est exact que dans certains de nos vignobles hexagonaux, on pouvait crier alleluia il y a 30 ou 40 ans quand on atteignait 12 ou 12,5% de potentiel alcoolique à la vendange. La maturité technologique (équilibre alcool-acidité) dans nos vignobles français serait donc plus souvent de mise et la nécessité d’enrichir les moûts par un ajout de sucre, moins systématique. Soit. Mais encore une fois essayons de regarder l’ensemble de la photographie, pas seulement la partie la plus flatteuse. Le vin se limite t-il à la France ? Qu’en est-t-il de ces vignobles où atteindre des degrés d’alcool satisfaisants n’a jamais été un problème ?

Moins chaptaliser serait une bonne nouvelle puisque des équilibres naturels seraient atteints et l’intervention, l’ajustement dans le chai ne seraient plus nécessaires. Prenons les choses dans l’autre sens. Dans beaucoup de régions, même françaises, la hausse des degrés alcooliques devient un sujet d’inquiétude. Cette nouvelle réalité a aussi parfois pour conséquence, ici ou ailleurs, l’utilisation de méthodes bien plus interventionnistes que la simple chaptalisation, notamment les méthodes de désalcoolisation qui font de plus en plus d’heureux. Beaucoup seraient en effet étonnés de savoir combien de Châteaux bordelais, dont certains parmi les plus réputés, utilisent l’osmose inversée (un système de filtration tangentielle matérialisé par une imposante machine) pour éliminer une partie de l’alcool produit naturellement (taux de sucre trop élevés dans nos beaux raisins). Charmant, n’est ce pas ! Mon propos, aujourd’hui, n’est pas de juger ces techniques. Mais qu’en est-t-il de ce moins d’intervention et de notre bucolique et optimiste vision du vin dans un climat qui change ? Illusion plus que réalité.

 

Plus globalement, mettons en perspective le débat et parlons, puisqu’en matière de vin, c’est tout de même le plus important, de notre plaisir gustatif. Est-ce que la montée des degrés alcooliques est une bonne nouvelle pour nos palais ? Est ce que les 2009 et 2010 produits à Bordeaux, dont beaucoup titrent 14% et plus, sont plus équilibrés que leurs aînés de 1961, 1959, 1947 ou 1945 qui titraient le plus souvent 12,5% au mieux ? Pas sûr. Ils sont plus immédiats mais est-ce que le temps viendra confirmer ? Est ce que les Bourgognes produits en 2003 ou les 2015 à venir, mûrs à souhait, mais ayant la plupart du temps perdu leur fameuse élégance florale et leur finesse, nous plaisent plus que des versions plus fraîches ? Je ne suis pas convaincu.

 

Nous finirons donc par faire du vin plus au Nord, par découvrir de nouveaux terroirs encore plus septentrionaux. Le dernier argument qui nous permettrait de surfer sur cet optimisme climatologique latent. Je dois être un sentimental mais je crois à la magie du vin parce que les grands vins sont l’expression d’un grand terroir, dont le climat est une composante essentielle.

J’ai eu le plaisir de traiter du sujet du changement climatique plus en détail, récemment, et d’étudier les conséquences des évolutions climatiques pour une appellation française et sur un cépage spécifique. Ma conclusion encore une fois est que les choses ne sont pas si simples. Le style des vins change et il est probablement voué à évoluer encore à l’avenir. Certaines méthodes viticoles et de vinification ou certains équipements permettront, je l’espère, de s’adapter et d’atténuer les effets parfois délétères du changement climatique. Mais on ne résout pas tout par la technique.

J’aime l’Hermitage parce que c’est bien souvent une expression profonde et pourtant élégante de la Syrah, fort de la nature unique d’un terroir et à travers l’interprétation d’un ambassadeur talentueux qu’est le vigneron. J’aime déguster un grand Chambolle-Musigny parce qu’il a cette élégance aérienne, cette délicatesse aromatique, un grand Chablis parce qu’il développe une pureté cristalline où tension et précision se côtoient.

Produire du vin ailleurs, pourquoi pas, je serais ravi d’entendre la découverte de nouveaux terroirs prometteurs. Il y aura certainement de grands vins dans le futur, j’ai envie en tout cas d’y croire.

Cela dit, si nous pouvons préserver l’expression de nos terroirs dans cette réalité climatique qui change ce sera aussi une excellente nouvelle. J’espère que des régions historiques au climat déjà chaud, telles Toro en Espagne ou la Vallée du Douro au Portugal, porteront encore haut les couleurs du vin à la fin du 21ème siècle. J’espère que dans quelques décennies les Châteauneuf du Pape ne seront pas des vins fortifiés (Dieu sait pourtant combien j’aime les vins fortifiés), que Chablis sera toujours Chablis, et non une nouvelle version ample et opulente du Chardonnay, et que Bordeaux ne deviendra pas une nouvelle terre de Grenache. Je ne suis pas de nature pessimiste, il m’est malheureusement difficile d’être affirmatif. Pourquoi ? Parce qu’en matière de climatologie, avoir des certitudes ne veut pas forcément dire avoir raison.